menu

La qualité des semelles orthopédiques ScientiFeet

Publié le 2 janvier 2019 | Divers

ScientiFeet utilise l’impression 3D et la technologie SLS

L’impression 3D s’impose comme une innovation majeure dans la conception d’objets industriels. Les procédés traditionnels ont pour principe la soustraction de matière. A l’inverse, l’impression 3D fonctionne par ajout de couches de matière successives.

Plusieurs techniques d’impression 3D existent. La plus connue est l’impression par dépôt de filament fondu (Fused Deposition Modeling – FDM, ou 3D Fused Filament Fabrication – 3D FFF). C’est celle qu’on trouve largement dans les fablabs ou chez les particuliers pour les usages grand public. La technologie utilisée par ScientiFeet est l’impression 3D par FSL – Frittage Sélectif par Laser (ou SLS – Selective Laser Sintering). On l’appelle aussi frittage de poudre. Cette technique est l’une des plus précises, des plus contrôlées et des plus abouties des méthodes d’impression 3D. C’est également une technologie de fabrication additive. Elle est idéale dans un contexte industriel. L‘aérospatial, l’électronique ou l’automobile l’ont déjà adoptée. 

Un technicien contrôle le dépôt d’une nouvelle couche de poudre lors d’une production de semelles ScientiFeet en impression 3D

 

ScientiFeet s’appuie sur le savoir-faire du groupe Prodways en impression 3D

Grâce au groupe Prodways auquel elle appartient, l’entreprise ScientiFeet exploite des machines de pointe pour l’impression de ses semelles 3D. Un scan numérique dessine avec exactitude la forme conçue dans le logiciel de conception 3D. Un laser haute puissance vient faire fondre et fusionner de façon très précise de la poudre de matériaux polymères. Après cette première couche frittée, le bac de poudre s’abaisse, une nouvelle couche de poudre est déposée sur le plateau, et ainsi de suite, jusqu’aux étapes de finition. La conception est précise et donne des semelles de haute performance avec une excellente finition de surface. Le système d’impression 3D du groupe Prodways se démarque par des capacités de production adaptées à l’industrie et des vitesses de frittage élevées.

Une des imprimantes Prodways P1000 permettant la fabrication quotidienne des semelles orthopédiques ScientiFeet en impression 3D

Après la production, la somme de toutes les couches de poudre de polyamide 12 forme un « gateau » qu’il faut laisser baisser en température avant de pouvoir en extraire les semelles orthopédiques imprimées en 3D

Une technique d’impression 3D de pointe combinée à un matériau adapté au biomédical

Le matériau utilisé pour la fabrication des semelles en impression 3D ScientiFeet est le polyamide 12. Il est couramment utilisé dans le domaine médical. Les semelles sont conçues avec ce matériau dans un environnement clos où la température est stable. En sortie, elles possèdent alors des propriétés mécaniques optimales. En définitive, les semelles sont plus dynamiques et offrent au pied un effet rebond. Il peut être plus ou moins prononcé selon la conception. Avec une conception adpatée par le podologue, la plupart des patients apprécie l’accompagnement naturel au déroulement du pied que ce matériau procure.

La technique d’impression 3D SLS produit des semelles qui épousent mieux la plante du pied là où la technique de dépôt de filament impose des semelles plus plates, une fragilité plus importante et des finesse et poids moindres . Ainsi, avec la technologie d’impression 3D ScientiFeet, le podologue conçoit des semelles qui restent très fines et d’une grande précision. Par exemple, le talon s’adapte à la forme du pied en cuvette, ou alors il peut être est aplati partiellement afin de proposer une stabilisation, il peut aussi proposer un évidement ou un coin pronateur ou supinateur afin de corriger une pathologie (varus ou valgus).

Nous contacter pour obtenir une démonstration de la solution ScientiFeet.