menu

Des semelles orthopédiques en impression 3D pour améliorer confort et performance en ski

Publié le 23 janvier 2019 | Divers

Les vacances des sports d’hiver approchent ! Et nombreux sont les patients qui viennent consulter pour anticiper ou traiter le mal de pied dans leurs chaussures de ski. Ampoules, froid aux pieds, douleurs diverses, crampes, et pathologie d’avant pied sont régulièrement détectées lors de la consultation. Les chaussure de ski ont un faible volume chaussant. La mobilité du pied est réduite. Les semelles orthopédiques en impression 3D sont alors une solution idéale à la pratique en loisir ou en compétition des sports de neige et de glace.

Des semelles orthopédiques en impression 3D au secours des métatarses

En ski, snowboard ou patin à glace, la chaussure offre une semelle rigide.
Les chaussures de ski sont conçues de façon à maintenir le pied et la cheville et à restreindre leur mobilité. Les appuis sont modifiés car le ski demande de grosses flexions et le poids du corps est porté vers l’avant, sur le gros orteil et l’avant pied. Le déroulement naturel du pas ne peut s’effectuer car le pied est maintenu en position statique. Cela peut provoquer des douleurs et des échauffements des métatarses.

Certaines marques de chaussures de ski proposent des chaussons sur mesure comme l’injecté ou le thermoformé. Ces techniques améliorent le maintien et le confort de la cheville, du tibia et du mollet. En revanche, la face plantaire est moins prise en compte. Les semelles orthopédiques en impression 3D sont donc tout à fait complémentaires. Elles seules ont une action sous le pied et permettent un paramétrage précis des zones d’appui.

semelles orthopédiques en impression 3D utilisées en ski

La pratique du ski sollicite beaucoup l’avant pied. Les semelles orthopédiques peuvent soulager des douleurs – Photo Gildas Vinsot

Un paramétrage des semelles orthopédiques en impression 3D pour plus de confort

Le professionnel de podologie va chercher à ajuster la pression plantaire. Il utilise le scan ScientiFeet via le PodoStep (en charge) ou le PodoClic (en semi-charge). Et il travaille ensuite sur cette prise d’empreinte pour créer, dessiner et paramétrer les semelles orthopédiques.

Pour s’adapter aux spécificités de la chaussure rigide, on cherchera de la densité de matériau (possibilité de jouer sur des duretés allant de 20 à 70 shores). On optera aussi pour une certaine épaisseur (2 millimètres par exemple). Il est conseillé de choisir un gabarit de semelle plutôt étroit ou médium car les chaussants de ski (ou de patin à glace) sont souvent resserrés. Le paramétrage des semelles orthopédiques en impression 3D peut être très précis en épaisseur sur les antéro-capitaux et en densité sur les éléments en relief à l’avant du pied type ARC ou BRC. Cette partie du pied est sur-sollicitée en sport de glisse et peut souffrir. Les semelles orthopédiques en impression 3D vont réintroduire du bien-être.

En matière de recouvrement de semelle, le choix peut se porter sur les références sport et sport + qui apportent le maximum de confort.

L’impression 3D pour une plus grande précision d’appui en compétition

Pour les praticiens de sport de glisse aguerris, les paramétrages précis des semelles en impression 3D peuvent aussi améliorer les performances. Le skieur cherche une prise de carre la plus rapide possible et son maintien en épousant la courbe. Ors, la chaussure de ski est rigide. Le pied en dynamique ne fait pas toujours corps avec la semelle et va se mouvoir un peu plus vite que le ski. Les semelles en impression 3D épousent les spécificités de la face plantaire. Elles vont favoriser l’adhésion entre le pied et la chaussure fixée au ski. La réactivité de mouvement sera plus grande, en particulier sur les prises d’appui et prises de carre.

De plus, le professionnel de podologie va jouer très précisément sur les hauteurs et duretés des BRC ou ARC pour favoriser la dynamique.

semelle orthopédiques en impression 3D pour la raquette

Echauffements, froid, la marche dans la neige appelle du confort – photo Manuel Meurisse

Les semelles orthopédiques en impression 3D sont lavables

Les semelles orthopédiques en impression 3D prennent la place des semelles de propreté des chaussures de ski, snowboard, etc. qu’il faut retirer. Elles tiennent souvent le pied plus au chaud car elles agissent comme un isolant.

Et petit détail pratique utile : les semelles orthopédiques en impression 3D ScientiFeet se lavent. Elles passent à 30°C en machine et se sèchent facilement. Elles sont donc très adaptées aux sports d’hiver. Car les pieds sortent souvent humides de la chaussure à cause de la transpiration ou de la neige fondue.  

Pour les raquettes, des semelles comme pour la randonnée

Enfin, pour les patients qui préfèrent les raquettes aux sports de glisse, les semelles orthopédiques imprimées 3D se rapprocheront de celles utilisées généralement en randonnée. Le professionnel de podologie cherchera alors le maintien du talon. Il laissera une plus grande souplesse au pied et un maximum de confort.

Pierre-Louis Magat crée des semelles orthopédiques en impression 3D avec ScientiFeetMerci à Pierre-Louis Magat pour le partage de sa pratique sur les semelles en impression 3D. Pierre-Louis Magat est podologue pédicure à Montbrison (région Auvergne-Rhône-Alpes).

 

 

👉 Je souhaite discuter avec un confrère sur le paramétrage des semelles en impression 3D pour les sports d’hiver.